Chili Carretera Australe

Du 19 au 24 novembre 2017, les globetrotters du Doubs trottent sur la Carretera Australe.

20171119 104021

20171119 093444

Arrivés à 5h30 du matin, le 19 novembre, nous sortons à peine du bateau et prenons la route pour faire 2km avant de nous arrêter pour finir de dormir sur la terre ferme. Petit déjeuner au bord de l’océan, recherche d’une panaderia pour le gâteau d’anniversaire de Gabriel  (Papa commande un énorme gâteau au chocolat et le boulanger fait une déco personnalisée) et départ pour la Carretera Australe.

Hors dès la reprise de la route, ça se complique : nous faisons un demi-tour pour reprendre la route mais un policier chilien nous arrête. Nous sommes en infraction pour nous être arrêté sur la route devant la panaderia et Marc pour avoir fait une marche arrière sur la route. En discutant un petit peu, nous arrivons à partir avec un avertissement oral… Ouf… On a eu chaud… Carretera, nous voilà !

La Carretera australe début à Puerto Montt et prolonge la panaméricaine qui nait à Anchorage en Alaska. Sa construction commence en 1976 et trace un chemin entre forêt impénétrables, hautes falaises, fjords, vallées, rivières torrentueuses et lacs immenses. La Carretera s’achève à Villa O’Higgins aux portes de l’Argentine et du parc des glaciers après 1200 kilomètres de paysages incroyables. Le chantier a clairement désenclavé la région d’Aysen et de Cochrane, régions les moins peuplées du pays (environ 1 habitant / km2). En 1930, on ne comptait que 8700 habitants dans toute la province. Notre première approche de la Carretera est alors emblématique.

Nous trouvons tant bien que mal un parking au bord du Rio Cisnès. Les enfants peuvent jouer en contre bas de la route sur une petite plage, les papas pourront eux-aussi s’amuser avec une partie de pêche. Il faut quand même préparer le repas de midi et le gâteau, le vent regroupant chaque famille dans son camping-car pour le repas ; nous faisons le dessert ensemble avec quelques bougies allumettes. « Fais un vœux Gaby ! » En rouvrant les yeux, les cadeaux apparaissent : une bataille navale, un pot de nutella, un Uno Avengers et un mini billard de voyage… « C’est trop cool ! Mais, en fait, le meilleur, c’est le super gâteau au chocolat !!!! » confie Gabriel. « Bon anniversaire mon grand ! » Bon anniversaire aussi à tata Flo qui est née le même jour que notre petit voyageur, 24 ans plus tôt. « Bon anniversaire Tata Flo !»

La journée de pêche se prolonge et les touches aussi. La première prise est pour les Mamatoch avec une truite de 40 cm ; quelques minutes plus tard, les GlobeTrotters égalisent le score avec eux aussi une truite de 43 cm. Les truites s’enchainent d’une trentaine de centimètres. Elles sont mangées le soir même... Miam Miam…

20171119 140700

20171119 140639

20171119 160341

20171119 153011

Le matin du 20 novembre est basé sur une escapade pêche pour les papas vs une séance d’école pour les enfants. L’après-midi nous reprenons la route pour trouver du réseau, il faut que nous puissions souhaiter l’anniversaire de papy Janush. Nous trouvons finalement du Wifi dans un petit café qui fait un excellent nescafé en poudre (sacrilège !) et des empanadas aux pommes. Nous sommes à Manuhualès. « Bon anniversaire Papi Janush !! » Ce jour-là, pas grand nombre de kilomètres mais c’est dimanche et le coin est très joli. Nous allons dormir au bord de la rivière, sur un spot en contrebas d’une passerelle mais les pêcheurs diront juste que les truites ne sont pas au rendez-vous… une petite promenade avec les enfants va faire le bonheur des petits et des grands… Papa et maman s’installeraient bien par ici…. un bout de terrain et on monte un camping, accueil de voyageurs sur la Carretera australe… « En plus la route est faite ! » ajoute Valentin.

"On est pas bien ici???!!!"

Careterra austral 31

Careterra austral 22

Careterra austral 8

"Et voilà papa en grande réflexion sur son avenir et l'ouverture du camping austral!!???!!!"

Careterra austral 14

Careterra austral 28

Careterra austral 7

21/12 : on quitte ce petit coin magique pour un nouveau spot de pêche. L’endroit est au bord du Rio Simpson. Il semble prometteur mais ne sera malheureusement pas aussi bien que prévu. Plein de vase et de boue pour les enfants. Qu’importe c’est le principe du camping-car : on bouge après manger ! 40 km plus loin un autre spot  proche d’un petit camping va nous permettre de jeter nos Rapala à l’eau et de dégourdir les jambes des enfants. Vers 17h, en bons globetrotters, les doubistes reprennent la route en direction de Coyhaique pour les fameux différents pleins. En sortant du supermarché, un poulet chaud dans les mains nous ne faisons que quelques kilomètres avant de se poser pour la nuit dans un petit village du bord de route. Notre destination de demain n’est pas moindre : Rio Tranquilo et le fameux Lago Général Carrera.

Le lago Général Carrera s’étend sur 1850 km2, soit plus de trois fois le Léman ! Il est le plus grand plan d’eau du Chili et le quatrième d’Amérique du Sud. Il se prolonge du côté argentin, où il prend le nom de Lago Buenos Aires. La Carretera australe longe le lac sur sa rive ouest sur une bonne trentaine de kilomètres, traversant le village de Rio Tranquilo. Une autre route, sur la rive sud, permet de rejoindre Chile Chico à la frontière argentine.

Careterra austral 42

"Et voilà, à 8 ans, Gabriel pêche seul sur la carretera australe... ;-))!" (il manque peut être des chaussures)

Careterra austral 46

Voilà la descente vers Coyhaique... et les chutes juste après!

Careterra austral 71

Careterra austral 54

Le mercredi 22 novembre, il nous faut finir les kilomètres qui nous séparent de Puerto Rio Tranquilo. Une petite marche matinale dans le village s’enchaîne après l’école. Puis on file et on avance : kilomètre après kilomètre, le paysage évolue et l’appareil photo a même du mal à suivre. A la pause de midi, on fait un break sur un point de vue et user encore un peu de mémoire : photos… et encore photos… puis on avance encore : kilomètre après kilomètre… quand à l’horizon se profile un camping-car… « Il est gros… Il est américain ce camping-car !  C’est surement les 749 ! » remarque Papa. Gagné ! Mickael, Corine, Lubin et Suzie sortent de leur véhicule acheté sur le continent. Garés en double file, sur une route qui n’en serait même pas une en France, nous profitons de quelques instants pour échanger un café, un cake et quelques biscuits. En toute fin de journée, il n’ait clairement pas possible de dormir en double file alors c’est un peu déçus que nous filons à puerto Rio Tranquilo et que les 749 avancent en direction de Cerro Castillo. C’est finalement posé face à El Condor que nous passons la nuit.

Careterra austral 104

ça souffle juste un peu...

Careterra austral 87

20171122 132849 richtone hdr

20171122 132636 richtone hdr

Jeudi matin, 8h40, au petit déjeuner, Juan, explorateur de El Condor, vient frapper à la porte pour nous dire qu’il a trouvé deux personnes de plus et qu’il peut faire un départ à 9h00. Nous avons déjeuné, il faut juste s’habiller chaudement, se brosser les dents, charger les téléphones et préparer l’appareil photo. 8h56, nous sommes devant El Condor, prêts à payer : pas donner la sortie de 2h00 en barque mais quoiqu’il en soit c’est pour cela que nous sommes là. 9h05 nous sommes au mini port et nous embarquons pour les Capillas de Marmol. Ces falaises de marbres, mangées par l’érosion, ont été polies et excavées par la puissance du Lac, formant des grottes, des arches et un îlot en forme de gros champignon  flottant sur des eaux turquoises. La barque de El Condor se faufile entre les formations rocheuses et les appareils photos ne savent plus où donner de la tête. C’est magnifique ! Et le temps de  ce jeudi est juste parfait : très peu de vent et un ciel bleu à perte de vue…. On va prendre des centaines de photos alors c’est presque mission impossible de choisir les 3 ou 4 plus jolies. Je préfère vous mettre un échantillon et vous écrire qu’il va donc falloir attendre notre retour pour voir les dizaines  d’autres prises magnifiques. Ce matin-là, à 11H00 à peine, nous avons déjà vécu le grand moment de notre journée.

20171123 090148 richtone hdr

20171123 091102 richtone hdr

20171123 093442 richtone hdr

20171123 093856 richtone hdr

20171123 100106

20171123 100256

20171123 095409 richtone hdr

20171123 095847

Une barque a brûlée sur le port pendant la sortie, il ne reste rien… juste un peu de cendre c’est triste ! Le snack, La provencale, qui nous a été conseillé par les 749 est fermé… Ce sera pâtes au jambon : encore. Et le reste du village est plutôt simple. Nous allons alors choisir de reprendre la route pour découvrir la suite du Lac. Chemin faisant, nous croisons les 5 en Vadrouille sur la piste. Nouvel arrêt en double file et nouvelle rencontre !! La pause-café est impossible sur cette portion de route mais qu’importe nous nous promettons de nous revoir, peut-être pour les fêtes. « Suerte les amis, et bonne route ! » Kilomètres après kilomètres, nous approchons de Chile Chico mais la piste devient moins facile malgré un paysage à couper le souffle. En bord de falaises, même les murs de soutènement ne résistent pas aux intempéries possibles dans cette région… C’est donc le ventre un peu serré que nous finirons ces derniers lacets de route avant de nous arrêter vers la Laguna Verde à une dizaine de kilomètres de la frontière. « C’était chaud papa », ajoute Gabriel ce soir-là.

20171123 142634

20171123 165008

Le vendredi 24 novembre, nous sommes au mirador Laguna Verde pour le réveil : promenade et photos obligatoires et Miam Miam du midi pour vider le frigo avant le passage de douane… tout le monde mange un fruit, un yaourt et on finit le fromage. On reprend la route pour Chile Chico. En ville, nous avons une mission : trouver un autocollant de la Carretera Austral  pour le camping-car… mais… mais il est 15h00 et devinez quoi : les argentins font la sièste !!!! Oui la sièste… du coup tout est fermé… Chile Chico dort en pleine après-midi… et Valentin aussi d’ailleurs (peut-être se sent-il un peu argentin ??) OK tant pis, direction la douane ! Normalement les douaniers ne dorment pas eux ! On sort du Chili et on retourne en Argentine : dans ce sens-là, tout se passe relativement vite : « Migrations, Aduana y Vamos ! ».

La suite dans « Patagonie Australe » avec le Fizt Roy, les glaciers et le Torres del Paine...

Allez encore une photo des marmol en bonus!!

20171123 100923

 

Date de dernière mise à jour : vendredi, 15 Décembre 2017